Tract anarchiste non signé, distribué entre 1880 et 1910

« Pourquoi ne pas voter » Causerie et repas

RENDEZ-VOUS : Jeudi 9 mars à 19h à la Casa Consolat

Causerie et repas - Présentée par Paul Boino et organisée par le groupe Germinal

Casa Consolat
1 rue Consolat
13001 Marseille


| en savoir plus

Voter, c'est abdiquer ! (3)

RADIO : émission Trous noirs sur Radio Libertaire - 6 mars 2017

Certaines organisations et partis tentent d'utiliser les mouvements sociaux pour parvenir au pouvoir par la voie électorale. Il est intéressant d'analyser leur stratégie et les résultats obtenus. Si l'exemple de Syriza, renonçant très rapidement à appliquer ses promesses, est bien connu, certains se font encore des illusions sur Podemos, qui se veut occuper la « centralité » du champ politique, avec son « Lider Maximo » Pablo Iglesias. Moins connu est le cas du Chili où plusieurs listes alternatives, animées notamment par des militants issus des mouvements sociaux, ont obtenu certains résultats aux élections municipales, tels que la mairie de Valparaiso. Daniel Pinos, qui connait particulièrement bien l’Espagne et l'Amérique Latine, évoque ce qu'on peut désigner par l'« épreuve du pouvoir ».


| site de l'émission

RADIO : Calendrier des émissions Trous noirs, Voter c'est abdiquer !

RENDEZ-VOUS : Tous les lundis de 16h à 18h

Trous noirs est diffusée chaque lundi de 16 H à 18 H.
Il est possible d'enregistrer l'émission au préalable au studio B un autre jour
Toutes les émissions sont accessibles sur le site http://trousnoirs-radio-libertaire.org/


| lire l'article

« Pourquoi je n’irai pas voter ! » Réunion publique avec Paul Boino, de l'Université Lyon 2.

RENDEZ-VOUS : Vendredi 24 février à 20h30 à Athénée l’ETOILE NOIRE de Laon

« Pourquoi je n’irai pas voter ! », tel est le thème de cette rencontre-débat en ce début d’année riche en consultations électorales. Désintérêt pour la chose publique ou refus de cautionner un système qui n’a de représentatif que son nom ? Peut-on faire autrement que de signer des chèques en blancs à des politiciens, même pas tenus à respecter leurs engagements ?
Entrée libre


Etoile Noire
5, rue Saint Jean
02000 Laon


| en savoir plus

« Agir au lieu d’élire ». L’antiéléctoralisme anarchiste aujourd’hui

RENDEZ-VOUS : Vendredi 24 mars à 19h30 à la bibliothèque La Rue, 10 rue Robert Planquette 75018 Paris

Conférence - débat
Alors que le devoir de participation électorale est constamment rappelé, pour faire barrage au FN ou pour porter telle politique nouvelle, quelle pertinence peut avoir le discours anti-élections des anarchistes ?

Le refus des élections (élire et être élu politique) est un élément identitaire essentiel du courant anarchiste, qui revendique l’autogestion. Mais si cette doctrine est centrale, elle n’est pas pour autant monolithique et indépassable.
Cette conférence a pour objectif de présenter les fondements philosophiques et historiques et l’actualité de l’anti-électoralisme anarchiste. Elle abordera notamment la question des pratiques électorales passées et actuelles des anarchistes et des militants de la mouvance libertaire au sens large, pour amorcer une réflexion sur le rapport militant aux élections qu’il convient aujourd’hui d’adopter dans une perspective d’émancipation radicale.Entrée libre


bibliothèque La Rue
10 rue Robert Planquette
75018 Paris


| en savoir plus

VMC : Notre lutte n’est pas présidentiable !

ARTICLE : Notre lutte n’est pas présidentiable : ingouvernés, nous serons ingouvernables !

D’abord on nous murmurait il y a deux semaines la possible venue de Mélenchon à notre manifestation du 18 février à Bure contre la possible expulsion du Bois Lejuc et le projet d’aménagement de poubelle nucléaire, puis on nous a demandé timidement, il y a une semaine, si ça nous dérangerait que Poutou vienne faire un tour ; aujourd’hui c’est EELV qui sort l’artillerie lourde de la communication pour appeler à venir à Bure, et ce soir on apprend que Hamon souhaiterait rencontrer l’ANDRA et ses opposant.e.s dans la journée de lundi.


| lire l'article

Voter, c'est abdiquer ! (2)

RADIO : émission Trous noirs sur Radio Libertaire - 6 février 2017

Le vote dans une démocratie (dite) représentative soulève de nombreuses questions : addition de positions individuelles, il ne peut exprimer une pensée collective ; combien d'électeurs lisent les programmes politiques (?) ; l'élection présidentielle conduit à une « royauté démocratique » ; les engagements des politiques n'engagent que ceux qui y croient ; le pouvoir politique pour qui l'on vote dispose de l'État, qui est en dehors et au-dessus de la société ; les politiques conçoivent la société comme homogène, alors que son pluralisme ne peut s'exprimer que par le fédéralisme ; et bien d'autres questions qu'aborde Hervé Trinquier, militant de la Fédération anarchiste.


| site de l'émission

Voter, c'est abdiquer ! (1)

RADIO : émission Trous noirs sur Radio Libertaire - 9 janvier 2017

Cette année, nous sommes invités à perdre notre voix en la jetant dans l'urne, pour désigner le « chef de l'État » puis ses « représentants ». Élisée Reclus s'exclamait, il y a plus de 130 ans : « Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d'autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d'action futur, agissez ! ». La Fédération anarchiste et ses groupes préparent des initiatives en ce sens, qui nous sont présentées par Céline et Jacques, du groupe La Sociale de Rennes. Pour sa part Trous noirs réalisera une série d'émissions, qui présenteront aussi bien les dégâts de l'électoralisme et de la démocratie dite « représentative » que les propositions et réalisations anarchistes (mandat impératif, fédéralisme libertaire, collectivisations pendant la révolution espagnole, fonctionnement des communautés zapatistes...).
N'oublions jamais : « Voter, c'est placer quelqu'un au-dessus de soi, sur des promesses que rien ne l'oblige à tenir » (Jean Monod).


| site de l'émission

LES REBELLES ZAPATISTES & la construction de l’autonomie

ARTICLE : Guillaume Goutte dans Le Monde Libertaire - 15 janvier 2015

L’an dernier, en 2014, nous avons célébré les vingt ans de l’insurrection zapatiste, laquelle, le 1er décembre 1994, avait stupéfait le monde entier. Deux décennies plus tard, les hommes et les femmes zapatistes sont toujours là et leur rébellion, devenue révolution, construit et défend au quotidien, contre vents et marées -répressifs, un projet de société révolutionnaire qui, en de nombreux points, rappelle ce que prônent les anarchistes depuis plus d’un siècle, à savoir une organisation sociale sans État et un système économique communiste – au sens premier, et noble, du terme. Petit focus sur ce territoire maya en rébellion…


| lire l'article

Mais pourquoi tu ne votes pas ??

ARTICLE : Juanito, groupe Pavillon Noir de la fédération anarchiste - 2014

C’est justement parce que je veux changer les choses et exercer un pouvoir réel sur ma vie, que je refuse d’exercer ce prétendu droit. Je refuse de donner une quelconque légitimité à des personnes qui ont la prétention d’exercer un pouvoir sur moi et les autres, et je refuse moi-même d’exercer un pouvoir sur les autres.


| lire l'article

Réflexions sur la démocratie

ARTICLE : Jean Picard, CNT-AIT Caen le 15/09/2012.

Dans l’affrontement discursif, le sens d’un mot est fondamental car il contient le pouvoir des idées. Aussi, un terme peut-il être victime de raccourcis schématiques, de réductions et de manipulations sémantiques… Surtout quant on définit ou on explique un ensemble complexe par un seul élément. Prenons un exemple, celui du mot démocratie. La démocratie, c’est le rapport majorité/minorité ; pourtant, la majorité fait souvent œuvre anti-démocratique, et l’Histoire abonde d’exemples dans ce sens. La démocratie revient souvent à élire des décideurs ; dans ce cas, la délégation de pouvoir s’oppose à la démocratie comme exercice décisionnel de tous.


| lire l'article

L’escroquerie électorale en perte de vitesse??

ARTICLE : Juanito, groupe Pavillon Noir de la Fédération anarchiste

Ce qui compte, pour entretenir cette illusion que les dominants sont désormais « représentants » de leurs dominés, c’est que la « majorité » des exploités renouvelle, à intervalles réguliers, l’assentiment à ce que les puissants décident à la place de tous.


| lire l'article

Il y a des gens qui sont morts pour avoir le droit de vote...

ARTICLE : Groupe Lochu de la Fédération anarchiste - 13 mars 2012

C'est ce qui nous est régulièrement opposé quand on critique le système électoral d'un point de vue anarchiste. Regardons de plus près ce que cela signifie.


| lire l'article

Nous ne sommes rien soyons POUF !

ARTICLE : (Communiqué du Parti Ouvrier Unifié de France) - extrait de Brochure disponible sur Infokiosques.net

CONTRE LES EXTRÉMISTES DU PEF ET DU PIF, POUR BATTRE LE POF ET LE PROUT, Prolétaires ce n’est qu’un début continuons les négociations !! VOTEZ P.O.U.F.


| lire l'article

Tract : Désertons les urnes, occupons la rue – Abstention active aux élections !

ARTICLE : Tract Pavillon Noir – 2011

LE SEXISME, L’ÉCOLE, L’ENTREPRISE, LES MÉDIAS ET LES POLITICIEN.NE.S nous moulent dans une vision résignée, hiérarchiste et autoritaire des rapports sociaux. Ils taisent, dénigrent, étouffent et répriment toutes tentatives de réinventer des rapports humains sans pouvoir, sans « spécialistes ». Les pouvoirs nous éduquent à la croyance qu’ils sont indispensables et perfectibles. Et malgré leur responsabilité flagrante dans le désastre social et écologique actuel, ce discours continue de nous être asséné par les partis politiques.


| lire l'article

Pas d'élections! Autogestion!

ARTICLE : Quartier Pirate

Dès maintenant, nous choisissons d’agir au lieu d’élire, c’est-à-dire d’avancer dans cette perspective au quotidien, et dans les luttes sociales. Nous nous efforçons de soutenir et de faire connaître les expériences autogestionnaires locales actuelles, mais surtout d’y participer lorsque cela est possible.


| lire l'article

Pierre Bance : L'abstentionnisme, un acte politique

ARTICLE : 7 février 2007

Peu importe que le président de la République soit de droite ou de gauche. Pour résister à l'hégémonie néolibérale, l'essentiel n'est pas de voter mais de lutter. Lutter contre le pouvoir, quel qu'il soit, car il corrompt les mieux intentionnés. Lutter pour l'émergence d'une société plus juste, plus libre et, pourquoi pas, égalitaire. Toutes les expériences socialistes de gouvernement, en France et ailleurs, sont des échecs au regard du socialisme. Ne parlons pas des dérives du communisme d'Etat. Quant à la gauche antilibérale, elle a montré combien les stratégies électoralistes sont destructrices de l'action collective.


| lire l'article

La C.N.T. d’Espagne et la participation électorale

HISTOIRE : In Noir & Rouge n°9 (hiver 1957/1958)

Sur ce vaste problème : les positions libertaires face au parlementarisme et à l’électoralisme, nous ne pourrions pas ne pas mentionner la question d’Espagne, sensible à tous les anarchistes. C’est un de nos camarades Espagnols qui nous remet en mémoire quelques faits déjà anciens mais dont les conséquences nous semblent encore aujourd’hui des plus lourdes.
C’est un fait bien connu que la C.N.T. d’Espagne a toujours été, de par ses principes, ses décisions et sa ligne historique, apolitique, antiparlementariste et par conséquent abstentionniste dans la foire électorale.


| lire l'article

Errico Malatesta : Anarchistes électoralistes

HISTOIRE : Errico Malatesta in « Pensiero e Volontà », n°10, 15 mai 1924

Puisqu’il n’y a pas, et qu’il ne peux y avoir aucune autorité qui donne et enlève le droit de se dire anarchiste, nous sommes bien obligés de temps en temps de relever l’apparition de quelque converti au parlementarisme, qui continue au moins pour un certain temps à se déclarer anarchiste.


| lire l'article

Groupe de propagande par la brochure : POUR NE PAS VOTER

HISTOIRE : La Brochure mensuelle, avril 1924

Cinq années de guerre ont-elles apporté un seul argument contre ceux, déjà anciens, dont nous nous servions, nous antiparlementaires, pour démolir le parlementarisme. Aucun, au contraire. Tout n'avait pas été dit sur ce cadavre, qu'il nous faut tuer encore.


| lire l'article

Sébastien Faure : PROPOS SUBVERSIFS

HISTOIRE : III. LA POURRITURE PARLEMENTAIRE - 1920

L’Etat se pose en administrateur de la Chose publique, en défenseur de la Loi, en protecteur de l’Ordre ; il n’est, en réalité, que le Gendarme préposé à la sauvegarde des Privilèges Capitalistes.- La Souveraineté du Peuple est une duperie. - Le régime parlementaire est absurde ; Il est impuissant ; Il est corrupteur ; Il est nuisible aux véritables intérêts de la classe ouvrière. - Les Anarchistes dénoncent la malfaisance du Parlementarisme. - Leur abstentionnisme agissant. - Sa valeur révolutionnaire.


| lire l'article

Sébastien Faure : LA DOULEUR UNIVERSELLE

HISTOIRE : Bureau Anti-Parlementaire 1919. Groupe de propagande par la brochure

Chaque fois que les pouvoirs de la Chambre des Députés arrivent à expiration, c'est un cri unanime : « Enfin ! Elle va donc disparaître, cette Chambre infâme ! Le pays va donc être débarrassé de ce Parlement maudit ! »

Ce langage traduit expressément les sentiments successifs : déception, lassitude, écœurement qu'ont fait naître, dans l'esprit public, au cours de la législature qui prend fin, l'incapacité, la corruption, l'incohérence et la lâcheté des Parlementaires.


| lire l'article

Albert Libertad : Le bétail électoral

HISTOIRE : Albert Libertad dans L’anarchie, 19 avril 1906.

Le bétail électoral commente la force de la houlette d’Untel, le coup de fouet de Tel autre, le doigté crapuleux de Chose et le coup de gueule tonitruant de Machin. Le bétail pèse aussi la valeur des promesses faites ; non pas qu’il ignore que jamais elles ne sont tenues, mais pour se donner un peu d’illusion.


| lire l'article

Zo D’Axa : Vous n’êtes que des poires

HISTOIRE : Zo D’Axa - La Feuille, Anthologie 1897-1899 (Les Feuilles, parue en 1900)

On vous trompe, bons électeurs, on vous berne, on vous flagorne quand on vous dit que vous êtes beaux, que vous êtes la justice, le droit, la souveraineté nationale, le peuple-roi, des hommes libres.
On cueille vos votes et c’est tout. Vous n’êtes que des fruits… des Poires.


| lire l'article

Jean Grave : L’abstention électorale

HISTOIRE : Jean Grave dans La société mourante et l’anarchie - 1893

Ayant reconnu que le bulletin de vote était non seulement incapable d’affranchir les exploité, mais était aussi, surtout un instrument de domination et de tromperie à l’égard des travailleurs, les anarchistes combattent le suffrage universel non seulement comme inutile, mais comme très dangereux – pour ceux qui s’en servent.


| lire l'article

Jean Grave : Critique du suffrage universel

HISTOIRE : Jean Grave dans La société mourante et l’anarchie - 1893

Qu'est-ce que le suffrage universel, sinon le droit, pour les gouvernés, de choisir leur maître ; le droit de choisir les verges qui doivent les fouetter ? L'électeur est souverain... pour choisir son maître, mais il n'a pas le droit de ne pas en vouloir, car celui que ses voisins auront choisi sera le sien. Du moment où il a déposé son bulletin dans l'urne, il a signé son abdication, il n'aura plus qu'à se plier aux caprices des maîtres de son choix, ils feront les lois, les lui appliqueront et le jetteront en prison s'il regimbe.


| lire l'article

Octave Mirbeau : Prélude.

HISTOIRE : Octave Mirbeau - 14 juillet 1889

Et je songe, avec une joie sadique et une très nationale fierté, que, dans quelques jours, sera ouverte la période électorale. On peut même affirmer qu'elle l'est déjà, qu'elle l'a toujours été, et qu'étant donnés nos mœurs parlementaires et nos goûts politiques, qui sont de nous mépriser les uns les autres, cela ne changera rien à nos habitudes et à nos plaisirs. Mais ce qu'il est impossible de prévoir, c'est sa fin, et si jamais elle aura une fin. Dieu veuille que non ! Par quelle suprême farce, par quelle ultime mystification se dénouera — si elle se dénoue un jour — cette période admirable et féconde, qui débute officiellement par l'annonce discrète et consolante de la candidature de M. Mermeix dans le quartier de Montmartre ? Voilà ce que nul ne saurait prophétiser ouvertement. Avec un pareil point de départ, l'induction philosophique elle-même, le somnambulisme et le spiritisme perdent de leur efficacité divinatoire et demeurent impuissants à conclure quoi que ce soit.


| lire l'article

Octave Mirbeau : La Grève des électeurs.

HISTOIRE : Octave Mirbeau, Le Figaro, novembre 1888

Une chose m'étonne prodigieusement — j'oserai dire qu'elle me stupéfie — c'est qu'à l'heure scientifique où j'écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu'un ou de quelque chose. Quand on réfléchit un seul instant, ce surprenant phénomène n'est-il pas fait pour dérouter les philosophies les plus subtiles et confondre la raison ?


| lire l'article

Élisée Reclus : Lettre adressée à Jean Grave

HISTOIRE : Élisée Reclus dans Le Révolté - 11 octobre 1885

Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n'est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l'exercice du droit de suffrage. Le délai que vous m'accordez est bien court, mais ayant, au sujet du vote électoral, des convictions bien nettes, ce que j'ai à vous dire peut se formuler en quelques mots.


| lire l'article

Proudhon : DU PRINCIPE FEDERATIF

HISTOIRE : IDEALISME POLITIQUE : EFFICACITE DE LA GARANTIE FEDERALE - 1863

Le peuple, dans le vague de sa pensée, se contemple comme une gigantesque et mystérieuse existence, et tout dans son langage semble fait pour l'entretenir dans l'opinion de son indivisible unité. Il s'appelle le Peuple, la Nation, c'est-à-dire la Multitude, la Masse ; il est le vrai Souverain, le Législateur, la Puissance, la Domination, la Patrie, l'Etat ; il a ses Convocations, ses Scrutins, ses Assises, ses Manifes­tations, ses Prononcements, ses Plébiscites, sa Législation directe, parfois ses Jugements et ses Exécutions, ses Oracles, sa Voix, pareille au tonnerre, la grande voix de Dieu. Autant il se sent innombrable, irrésistible, immense, autant il a horreur des divisions, des scissions, des minorités. Son idéal, son rêve le plus délectable, est unité, identité, uniformité, concentration ; il maudit, comme attentatoire à sa Majesté, tout ce qui peut partager sa volonté, couper sa masse, créer en lui diversité, pluralité, divergence.


| lire l'article

Proudhon : DE LA JUSTICE DANS LA REVOLUTION ET DANS L’EGLISE

HISTOIRE : 1858

Le peuple, idéaliste, aime les honneurs ; il tient peu aux réalités. Il lui plaît de porter son bulletin dans l’urne, de faire acte, ce lui semble-t-il, de souverain. Cet orgueil innocent lui est venu du Contrat social et de 93. Bien entendu, d’ailleurs, qu’en nommant ses députés, son président, son empereur, il ne choisira pas parmi ses pareils ; il s’adressera aux sommités de la propriété, de l’industrie, du commerce, de la finance, de l’armée, du clergé même.


| lire l'article

Pierre-Joseph Proudhon : Le suffrage universel

HISTOIRE : extrait de Idée générale de la révolution - 1851

La solution est trouvée, s'écrient les intrépides. Que tous les citoyens prennent part au vote : il n'y aura puissance qui leur résiste, ni séduction qui les corrompe.
C'est ce que pensèrent, le lendemain de Février, les fondateurs de la République.
Quelques-uns ajoutent : Que le mandat soit impératif, le représentant perpétuellement révocable ; et l'intégrité de la loi sera garantie, la fidélité du législateur assurée.
Nous entrons dans le gâchis.


| lire l'article